Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de sanctuaryofajran

Le blog de sanctuaryofajran

Ceci est un blog ou je publierais des fan fiction CCS, mes nouvelles et romans. Si vous avez des suggestion pour mettre à améliorer tout cela, me faire part de votre avis. N'hésitez pas à me faire part de votre avis en me laissant un commentaire.


Les jeux de la princesse part 3

Publié par sanctuaryofajran sur 5 Janvier 2018, 10:15am

Si en dépit de trois années et de plus d’une centaine de prétendants la princesse était toujours sortie victorieuse de ses défis, ce n’était pas grâce à ses seuls au seul fait de ces talents, mais également au précautions préalables qu’elle prenait.

Pour cela, elle avait une astuce. La veille du début des jeux, la princesse mettait un page à la disposition du soupirant. Ces jours-là, la princesse ne quittait pas sa chambre. Nulle ne s’étonnait de ce rituel, ni soupçonné le supercherie. Car en réalité le page n’était autre que la princesse travestie en garçon. La jeune femme pouvait ainsi, en toute anonymat, étudier les atouts et faiblesses de son futur adversaire. Il lui était ainsi aisé pour elle de faire des choix avisés qui lui assuraient systématiquement la victoire.

Le lendemain, elle alla donc comme à son habitude voir le jeune homme et lui annonça qu’on lui avait ordonné de lui faire visiter le palais et de pourvoir à ses besoins.

Le manant eut un sourire amusé.

« Tu es donc l’espion de la princesse.

Ce n’était pas une constatation, mais juste l’énoncé d’un fait. Cette déclaration le fit remonter d’un cran dans l’estime de la princesse. Il n’était pas le premier à soupçonner le piège sans pour autant la démasquer, mais il n’avait pas non plus été très nombreux.

« Je vous assure, monseigneur que…

« Je m’appelle Jimmy et je suis bien des choses, mais pas un monseigneur. Ne gaspille pas ta salive à essayer de me convaincre ! Je ne te croirais pas.

« Désirez-vous que je me retire.

Cette perspective ne lui déplaisait pas cela rendrait les jeux plus intéressants, même si elle ne doutait pas que le dénouement resterait le même qu’a l’accoutumé.

« Non ! Tu peux rester. J’accepterais même de répondre à tes questions si tu réponds aux miennes.

La princesse, amusée par la proposition eut bien du mal à retenir un sourire. Pour une fois, elle n’était pas la seule à s’être lancée en quête d’information.

« Je vous dirais ce que je sais.

C’était un mensonge. Elle ne lui fournirait pas d’information pouvant lui nuire.

« Quel est ton nom?

« Je m’appelle William et j’ai quatorze ans.

La jeune femme avait choisi cet âge, car il était compliqué  et un peu pénible de contrefaire la voix grave d’un homme fait. De plus, il était assez évident pour un œil attentif que sa peau n’avait jamais connu le feu du rasoir, c’était donc parfaitement crédible.

« Eh bien ! Passe devant, je te suis.

La princesse lui fit visiter le domaine en profitant pour glaner des informations utiles. C’est ainsi qu’elle apprit qu’il n’avait jamais manié l’épée, mais excellait dans le maniement du couteau. Qu’il était un archer convenable, mais mauvais chasseur, les quelques fois qu’il s’était essayé au braconnage furent des jours jeunes. Il attribuait cet échec à son manque de discrétion et à son incapacité de comment on pistait une proie.

Jimmy prodiguait ses précieuses informations libéralitées que cela éveilla la méfiance de la princesse qui en vint assez vite à douter de leur véracité. Il avait prouvé qu’il était loin d’être idiot. Il était possible que ses paroles ne soient que mensonge prononcé afin de l’amené à faire des choix malheureux ou alors disait-il peut-être la vérité, dans l’espoir qu’il ne la croirait pas et opterait pour d’autres jeux.  Impossible de savoir. Une telle duplicité lui rappelait quelqu’un. Qui cela pouvait-il bien être ? Ah oui ! Elle.

Le plus étrange était que contrairement à ce à quoi, elle s’attendait, les questions qui lui posait sur « la princesse » étaient loin d’être utile ou même pertinente. Il l’interrogeait sur ses goûts et ses occupations, ainsi que sur bien d’autres banalités. Pas une fois, il ne l’interrogea sur une chose en rapport avec les jeux. Cela en devenait frustrant. Pourtant, elle ne doutait pas que malgré ses paroles en apparence anodine, il poursuivait un but qui lui échappait. Cherchait-il à la rendre dingue ? Au comble de la frustration, elle se décida à lui poser la question.

« Pourquoi ne me posez-vous, aucune question utile pour remporter les jeux ?

« C’est pourtant ce que je fais depuis tout à l’heure.

« Je ne comprends pas. En quoi connaître le plat préféré ou les occupations de la princesse pourrait-il vous être d’une quelconque utilité.

Pour toute réponse le manant éclata de rire.

« Ne vous moquez pas de moi, s’emporta la princesse travestie.

« Excuse-moi ! C’est juste que parfois j’oublie ce que c’est que d’être jeune et de ne rien connaître aux femmes. Alors, écoute-moi bien le conseil que je vais te donner, jeune puceau, car si tu le suis avec assiduité cela, tu  mettras bien des femmes dans ton lit. Tu es prêt ?

Toute trace d’irritation envolée, la princesse eut bien du mal à ne pas éclater de rire à son tour en entendant cette déclaration. Si seulement, il savait. Pour que son humeur ne transparaisse pas dans sa voie, elle ne prononça qu’un mot pour toute réponse.

« J’écoute!

« C’est assez simple en fait, plus tu en sais sur une femme, plus tu as de chance pour la séduire. Crois-moi ses réponses que tu me donnes me seront biens utiles.

« Vous voulez séduire, la princesse.

« Évidemment, c’est pour cela que je suis là.

« Mais si vous perdez les jeux, vous allez mourir.

« La princesse gagne systématiquement. J’ignore comment, elle s’y prend peut-être est-ce par ruse, peut-être qu’elle triche ou est-elle simplement très forte, mais il y a une constante qui revient toujours « Elle gagne à la fin ». Combien de soupirants éconduits avant moi  ? Cent, deux cents ? Je ne suis pas arrogant au point de croire que je vais réussir là où tous ont si piteusement échoué. Tant que la princesse voudra gagner, elle gagnera. Si elle désire gagner, elle gagnera et je serais mort dans neuf jours. En conclusion, mon seul espoir est qu’elle n’est pas envie de gagner.

« Vous espérez qu’elle vous laisse gagner.

« D’une certaine façon, mais je vois les choses un peu différemment. Si je la séduis, elle n’aura plus le désir de préserver son célibat. En conséquence, les jeux deviendront inutiles et je gagnerais.

Il était complètement fou. La princesse devait admettre que si on n’en arrivait là, les jeux perdraient leur raison d’être. Il y avait une certaine logique dans ses propos. Elle savait cependant qu’il n’y avait aucune chose pour que les choses tournent ainsi.  C’était même impossible. Son cœur était de glace. Rien pas même l’hécatombe des gueux qui avait commis la folie de la courtiser ne l’a touchait. La seule émotion que les paroles de Jimmy éveillaient était un sentiment de vague satisfaction d’avoir trouvé un adversaire qui faisait preuve d’un peu d’originalité.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents